Bien qu'annoncé sur facebook, bien qu'annoncé dans la newsletter, bien que relayé par des amies...il arrive malgré tout que des followers ne le savent pas et demandent "Mais t'es où?". Etrangeté d'une ère 2.0 où l'on "follow" quelqu'un mais pas vraiment! LOL

index

Au commencement (il y a 4 ans) il y eut le blog, puis dans la foulée une page facebook qui s'y est rattachée. Des mois plus tard, sont nés un compte twitter, un compte google +, pinterest, youtube et instagram. Honnêtement, je me demande encore pourquoi tant de comptes pour UN blog. C'est vraiment n'importe quoi! Probablement, un moyen de "m'étendre" sur le net pour me faire connaître.

Me faire connaître pour quoi?

Bah un mix entre propagation d'altruisme, d'encouragements à se dépasser et une touche d'autosatisfaction (partenariat). Et oui, à un moment faut arrêter de tourner autour du pot et dire les choses comme elles sont. Quand on souhaite avoir des partenariats, on souhaite recevoir. Ca m'a fait plaisir de recevoir des objets...qu'une marque s'intéresse au blog comme support de communication. La vérité : pour des clopinettes (frais d'envoi d'un truc pioché dans son stock, hors artisans) le blog ne fut qu'une trace pour étendre la notoriété de la marque grâce aux mots clefs. Cette pseudo relation gagnant-gagnant (où la proportion est loin d'être équitable) a fini par me lasser et m'éloigner des valeurs humaines.

Mes valeurs humaines sont personnelles, mais elles m'ouvrent l'esprit sur de constantes réflexions. Et réfléchir, s'intéresser aux autres....les vrais autres...ceux qu'on peut voir et toucher tous les jours....ceux qui nous entourent....qu'on peut serrer dans nos bras dès qu'on en a envie....c'est ça LA VRAIE VIE.

Malheureusement les réseaux sociaux ne reflètent pas la vraie vie. A coup de filtres snapchat, instagram, d'emojis on peut ambiancer sa vie pour se donner un genre. On la met "en scène". On peut retoucher les photos, les manipuler selon le texte qu'on y appose. D'un simple clic, on aime, on n'aime pas, on partage, on propage. Dans certaines situations, c'est un outil merveilleux (par exemple : retrouver un disparu). Car à travers les réseaux sociaux, j'ai fait des rencontres virtuelles qui marqueront à jamais ma vie. Certaines plus magnifiques que d'autres. En effet, dès lors qu'on fait le choix de partager un bout de sa vie sur les réseaux (de nouer un échange), on prend le risque de ne pas être apprécié. Un risque anondin de prime abord, mais qui peut très vite faire des ravages. J'en ai fait l'amère expérience dès les premiers jours où j'ai créé la page facebook. Puis cycliquement, 2 à 3 fois par an. Au début, j'ai vécu cela avec mes tripes....douloureusement. Au fil des années, j'ai appris à m'en détacher. Aujourd'hui, j'ai totalement accepté l'idée de ne pas être appréciée au point d'être le centre de rumeurs (sur moi comme sur ma famille).

C'est le jeu, ma pauv' Lucette!

Certes ça ne fait pas plaisir, mais ça fait partie du "package" des réseaux sociaux. L'essentiel reste la protection (et non la défense) de ma famille et ça, je n'en démordrai jamais. Outre le côté "utile", les réseaux sont aussi un outil chronophage dévastateur. Qui n'a jamais consulté sa tablette/smartphone aux toilettes? salle de bains? lit? cuisine? salon? dans un parc? boulot?.....

On en oublie de vivre !

Un jour, j'ai appris la naissance du premier enfant d'une connaissance via facebook. Ma propre famille (Barbamamy et la belle-famille) envoie un texto groupé pour souhaiter la bonne année, alors que je m'évertue à fabriquer et envoyer une carte chaque année. Mises bout à bout, plusieurs choses dans le genre m'ont tiré la sonnette d'alarme :

" Mais merde, c'est à ça que ressemblent les relations humaines?"

Alors progressivement, je me suis éloignée des réseaux. D'abord en me déconnectant systématiquement le week-end pour VIVRE en famille. L'idée (pourtant si logique) était née dans le groupe des licornes (un groupe facebook de gestion budgétaire et minimalisme). Inviter les gens à se déconnecter était une lutte, à mon échelle, contre la surconsommation et ses formes perverses d'incitation à consommer via des pages/pubs, etc.... N'est-ce pas malheureux qu'un groupe invite les gens à se déconnecter? Pourquoi ne pas y avoir pensé seul(e)? Quand malgré les paramètres facebook tu te tapes concours, pubs pour des foutues box mensuelles, etc.... à la pelle sur ton fil d'actu, à un moment tu dis :

Comment créer de faux besoins? => merci les réseaux sociaux!

Si un "ami" a liké/commenté quelque part, ça s'affiche chez moi. Alors je déconnecte pour me recentrer sur l'essentiel.....MON essentiel.

Et puis cet été, Barbapapa et moi avions souhaité de loooooongues vacances en famille. Nos dernières où tous nos Barbaloulous sont encore mineurs. Instants too much, mais à la symbolique importante pour NOUS, parents. Je n'en ai pas encore parlé sur le blog, l'article est commencé, mais je ne suis pas certaine de ce que je souhaite y partager. Durant ces vacances, j'ai totalement coupé les réseaux. 6 semaines où la vie a pris une toute autre saveur. J'avais le sentiment d'être libre. Etrange non? Comme si les réseaux étaient une prison. En y réflechissant bien, l'image de la prison n'est pas si erronée que ça.

Es-tu vraiment libre sur les réseaux?

Je suis revenue en trainant la patte à la rentrée, convaincue que j'avais encore des choses à partager pour encourager. Mais le coeur n'y était plus! Je partageais un lien, puis je repartais VIVRE ce que j'avais à vivre en dehors de l'écran. Petit à petit, j'ai pris conscience que j'avais perdu le goût d'échanger sur les réseaux. Je n'avais plus envie d'y être!

Enfin, Barbidur aura bientôt 18 ans. Ce sera l'occasion pour lui d'accéder (si il le veut) aux réseaux sociaux. Je ne veux pas que SA liberté sur les réseaux soit impactée par MA présence avec Xtranormale. Bien sûr, on est anonymes, mais il suffit qu'il like un truc pour qu'un lien puisse se faire. Et je refuse d'être la mère chiante qui lui dicte quoi liker/faire sur les réseaux. Il assumera sa propre image, mais elle ne sera plus liée à Xtranormale. Ce blog est un bout de notre vie...pas uniquement celle de Barbidur. Alors je me dois de protéger les autres Barbaloulous tout en respectant la liberté de mes grands. Tous les ans, un autre de mes Barbaloulou sera majeur. Tous les ans, un autre pourra accéder aux réseaux. C'était, c'est et ce sera toujours MES Barbaloulous avant tout. Je tiens à leur liberté et protection.

Certains diront :


" A son âge, tu ne crois pas qu'il y est déjà sur facebook?"

ce à quoi je répondrai :


" Connaîtrais-tu mon enfant mieux que moi? N'as-tu pas confiance en ton propre enfant pour penser cela du mien?"

Voilà pourquoi j'ai supprimé Xtranormale de :

  • facebook
  • twitter
  • instagram
  • hellocoton
  • google+

Je n'ai jamais eut snapchat. Youtube m'a servit et sert toujours de support d'hébergements de vidéos. Ca n'est en rien une chaîne à faire vivre. Un jour viendra où.....dans les mêmes optiques, le blog cessera. De toutes manières, en supprimant les réseaux, ça conduit vers une fin du blog car l'échange avec autrui se perd. Facebook semblait plus facile pour la plupart des followers.

Actuellement, ma vie prend un tournant qui me ravit. J'ai l'impression d'éclore (heu...rien à voir avec les réseaux). Des projets se mettent en place (je t'en parlerai un de ces quatre), j'avance dans mes tricots, lis, regarde des streamings, joue avec les enfants....bref je vis à fond ma vie comme elle me plaît.

Vivez votre vraie vie! Intéressez-vous à vos proches, les vrais....ceux que vous pouvez prendre dans vos bras dès que vous en avez envie. Les réseaux sociaux ne sont pas la vraie vie. Réfléchissez à ce que vous voyez/lisez! VIVEZ!

N'hésite pas à commenter, car tu le sais.....ça fait toujours plaisir d'interagir dans les deux sens ;) !

Rendez-vous sur Hellocoton !