A travers mes articles et surtout les commentaires qui en découlent ici et sur les réseaux sociaux, je réalise que mes priorités de consommation ne sont pas forcément claires pour les lecteurs. C'est pourquoi, j'ai pensé qu'un article sur le sujet serait le bienvenu. Chacun a ses propres motivations de consommation, sa propre histoire personnelle qui a menée à consommer de telle ou telle manière, voici ce qu'il en est pour MOI.

1°) Fait maison

J'ai eu une enfance misérable qui, malgré tout, a fait qui je suis aujourd'hui. Ma vie actuelle est quasiment à 100% l'opposé de mon enfance...du moins j'en ai l'impression. Mes débuts dans la vie d'adulte ont été baignés par l'accessibilité à l'industrialisation de tout, avec une facilité déconcertante que je me suis laissée porter sans réfléchir. Mes débuts de vie de maman ont été similaires.

Une poussette? Il parait qu'il en faut pour bébé, alors hop on achète!

Une chaise haute avant l'accouchement? Bah oui quoi? c'est dans les magasins, magazines pour bébés et bouche de parents.....donc on achète!

Des petits pots dès 4 mois? M'enfin c'est écrit sur les pots dans les rayons bébé, alors hop on achète!

Lorsque je suis devenue maman pour la deuxième fois, j'ai pris conscience des véritables besoins d'un bébé et c'est là qu'à débuter le fait-maison pour le bien de la Barbafamily. C'est là aussi que j'ai viré l'inutile.

Aujourd'hui, le fait maison en cuisine a une place prépondérante dans mon quotidien et mes priorités de consommation.

Pourquoi?

Tout simplement car entre de l'industriel bourré de "trucs" pour le rendre appétant, longue conservation, présentable ET du fait-maison : le choix est vite fait. Avec le fait-maison, je maîtrise la composition pour notre santé. Un ingrédient qu'on ne supporterait pas dans l'industriel? Hop en fait-maison, on le substitue sans problème alors qu'en magasin, ce serait la galère de trouver "sans" et de lire les étiquettes en chassant les cochonneries.

L'industrialisation a rendu compliqué ce qu'on peut consommer simplement.

Une envie de chips salées? Si t'es diabétique et que tu lis la compo d'un paquet (genre les tuiles), tu tombes des nues en constatant qu'il y a 64 % de sucres, alors qu'à la base ce sont de fines tranches de pommes de terre.

Un petit pot de haricots verts pour bébé ? S'il est allergique ou intolérant aux protéïnes de lait de vache, c'est râpé alors qu'à la base ce sont des haricots.

etc.....etc......

Avec le fait-maison, je maîtrise le gras, le sucre, le sel, les protéïnes, les féculents, les fibres comme JE veux. Je ne cuisine pas pour que ce soit encore mangeable dans un mois ou un an. Je cuisine pour que ce soit mangeable dans la journée ou la semaine.....mais pas plus loin. Donc pas besoin de rajouter des merdouilles d'additifs et conservateurs pour que ça tienne.

Après il y a fait-maison et fait-maison!

J'ai déjà vu sur mon fil d'actualités facebook, des photos de "fait-maison" industriels. Par exemple en message :

Ce soir c'est hamburgers "fait-maison" !

avec la photo de :

  • pain industriel
  • fromage industriel
  • steack industriel
  • ketchup industriel
  • salade industrielle (en sachet)
  • soda industriel
  • chips industriels

ou encore des yaourts fait maison avec un sachet industriel de ferments et un sachet industriel de sucre coloré, une tarte au flan avec une pâte industrielle et un flan industriel en sachet à reconstituer.

Je ne le ressens pas comme du fait-maison, mais plutôt comme de l'industriel assemblé à la maison. Personnellement, je pense qu'un hamburger fait-maison c'est faire son pain, son fromage VG ou pas (oui oui c'est possible et rapidement en plus ;) ), son steack (végétal chez moi), son ketchup, couper de la salade fraîche, faire son sirop avec eau pétillante, faire ses chips. Avant, j'aurai certainement trouvé cela extrême et compliqué, pourtant aujourd'hui c'est entré dans mon quotidien comme je me lève et me couche.

DSCN9487

Kebab fait maison

Alors bien sûr, il n'y a aucune gloire à faire maison. Il n'y a que la certitude et satisfaction de maîtriser la composition. De cette certitude et satisfaction découlent une conséquence : une économie financière à court terme (prix du caddie), et à long terme (médecin). En effet, les Barbaloulous et moi-même ne voyons le médecin qu'une à deux fois l'an (généralement pour un bilan annuel ou certificat de sport). Relation de cause à effet, je ne saurai le confirmer, néanmoins Barbapapa est souvent malade dans l'année, consommant plus facilement de l'industriel ou des restos avec son boulot (et ses déplacements).

2°) Local et de saison

Info choc : je préfère acheter local que bio. Alors effectivement, le risque de privilégier d'abord le local au bio est de consommer des cochonneries (pesticides.....), mais à choisir entre aider mon voisin proche et un inconnu à l'autre bout du monde, je choisis d'abord mon voisin. Avec du dialogue et de la patience, les choses bougent en local et évoluent en plus sain (voire bio pour certains).

Ma notion du local est plutôt large, dans le sens où je préfère les circuits courts pour mes matières premières. De façon générale, j'achète dans l'ordre :

  1. départemental
  2. régional
  3. français
  4. européen

Acheter local ça s'apprend!

En effet, c'est en lisant les étiquettes qu'on découvre les producteurs du coin. C'est ainsi que dans le rayon "farine" à Leclerc, j'ai découvert l'existence d'un moulin actif auprès duquel je me fournis chaque semaine désormais. Dans le rayon "fruits et légumes", j'ai découvert un maraîcher et un verger. Chez le boucher, j'ai vu le nom de la ferme d'un voisin éleveur bovin...etc...etc....

Acheter local c'est bien, mais acheter local ET de saison c'est mieux! Oui parce qu'acheter des fruits et des légumes hors saison, c'est nourrir le cercle d'une production irréfléchie. Chaque saison apporte son lot de bonnes choses. Certaines sont plus riches en variété que d'autres (je pense notamment à l'été où je ne pourrais consommer QUE des fruits et légumes tant la saison est propice aux choix multiples). Toutefois en faisant les menus au mois, j'arrive à me projeter plus facilement et donc éviter la répétition de tel ou tel plat/aliment.

Puisque j'achète peu de fringues pour moi, JE choisis d'acheter majoritairement français ( = pas tout! tu suis?). J'ai quelques marques de fringues que j'adore. Malgré tout, elles ne fabriquent pas toute leur production en France. Voilà pourquoi, lorsque je fais du shopping juste pour moi, je prends le temps de lire les étiquettes.

DSCN9003

3°) Recycler

Bien avant ma démarche du "presque zéro déchet", j'avais déjà un attrait affirmé pour le recyclage. J'ai toujours trouvé dommage de virer un objet parce qu'il ne nous plaît plus tel quel, alors qu'avec peu de manip', il peut avoir une seconde vie sublimée. Certes le blog regorge d'articles sur mes recyclages, mais une des idée de fond du recyclage que je souhaite montrer aux Barbaloulous est qu'avec peu, on fait beaucoup. D'une vulgaire palette, on obtient lit, potager, atelier, coffre, vestiaire, jouets, etc..... Avec de vieilles fringues, on en obtient de nouvelles...totalement uniques. Avec des emballages, on obtient une géante maison de poupées, des rangements modernes, du matériel d'instruction......

En recyclant, je souhaite montrer aux Barbaloulous qu'avec leurs mains et leurs idées, ils peuvent créer à partir de rien, sans que ça ne coûte un rein. Je souhaite leur montrer que l'Homme jette beaucoup de choses qui n'ont pas finie d'être utiles. Tous n'auront pas envie de créer/recycler, mais tous auront vu par la répétition de mes actes que c'est possible. Ce n'est pas une vulgaire leçon de chimie, vaguement étudiée (comme les ions et atomes, LOL!) quelques heures/jours par-ci par-là et qui, en définitive, ne sert pas dans le véritable quotidien. C'est une leçon de vie dont ils feront ce qu'ils voudront.

Pour moi, recycler ce n'est pas juste transformer, c'est aussi donner. Je n'ai pas la patience de mettre en vente des affaires dont on ne se sert plus. Ca me saoule grave d'entrer dans des négociations pour 3 francs 6 sous.

Aussi je donne tous les mois à la Ressourcerie (fringues, vaisselle, linge, meuble, jouets, livres, tissus......). Non seulement, je désencombre chez moi, mais par la même occasion cela entre en circuit solidaire.

La Ressourcerie c'est quoi?

C'est un "magasin" qui emploie des personnes en réinsertion professionnelle (commerce, artisanat) et qui vend des objets reçus soit en don direct, soit déposés dans un container spécifique à la déchetterie. Ces objets sont majoritairement en état correct et peuvent avoir une seconde vie chez d'autres personnes. Certains objets nécessitent une vis par ci par là, et passent alors, entre les mains de réparateurs de la Ressourcerie puis sont mis en vente à petits prix. D'autres sont si abîmés, qu'ils sont intégralement démontés (vente de pièces) ou transformés (ex : pantalon transformé en sac à mains). Chaque année, grâce à ce principe, ce sont des centaines de miliers de tonnes de "déchets" ainsi sauvés, des emplois créés solidairement, un pouvoir d'achat retrouvé pour les très faibles revenus.
Personnellement j'éprouve de la satisfaction de voir les fringues de mes Barbaloulous (achetées neuves), nos meubles, etc...... en vente là-bas. J'y trouve moi-même de belles occaz' comme mon vaisselier, des livres pour l'IEF, des bocaux, des moules à tarte anciens (sans aucun revêtement cacabeurk) et le must sont les pièces détachées pour une broutille. Par exemple, lorsque l'ampoule de mon four ou celle de ma machine à coudre a grillé, quelle aubaine de payer 30 voire 50cts l'ampoule alors qu'à Leclerc un lot de 2 va jusqu'à 5€ .

4°) Réparation

Depuis 1/4 de siècle qu'il me connait, Barbapapa le sait : je déteste devoir acheter quelque chose que j'ai déjà. Aussi, je m'évertue à réparer plutôt que de virer. C'est un fait qui ne nous dérange absolument pas, et qui est assumé des 2 côtés : je suis la bricoleuse de la maison. Barbapapa n'aime pas du tout bricoler. Ca le saoule. Alors il est RAVI que je le fasse. Chacun son truc! LOL

Lorsque j'écris que je déteste devoir acheter quelque chose que j'ai déjà, j'entends par là :

  • une machine à laver
  • un PC
  • un téléphone
  • une machine à coudre
  • etc......

tout ça parce qu'une pièce merdouille. Je ne suis pas née avec les notices de tous les appareils dans ma tête. C'est là qu'internet a amélioré mes priorités de consommation, car avec les bons mots clés, on trouve toujours une vidéo/tuto qui explique comment réparer. J'avais déjà écris un article sur la réparation de ma machine à laver. Sur les réseaux sociaux, j'avais montré comment j'ai :

  • réparé le PC de Barbidur
  • créé le PC de Barbidou
  • installé mon auto-radio

pc

Depuis peu, "j'excelle" dans la réparation de smartphones. Pour dire vrai, je n'en ai pas personnellement (pitêtre parce que je suis plus smart qu'un phone? MDR). Je n'en vois aucun intérêt. Par contre, il y a 3 smartphones dans la Barbafamily et dans mon entourage tout le monde en a (au moins) un. Ces trucs sont si "smart" qu'ils tombent en panne pour tout et rien. Quand on voit le prix d'une réparation (chez un pro) et le prix d'un smartphone neuf, il est presque plus intéressant d'acheter un neuf.

SAUF dans la Barbafamily!

J'ai décidé de réparer et ai investi dans un fer à souder, parce que j'en avais marre des écrans brisés, lecteurs de carte SIM défectueux, connecteurs USB cassés, batteries à problème. J'achète les pièces détachées directement en Chine (c'est là-bas que c'est local ! LOL).

DSCN0057

Mise à part la marque à la pomme (une prouesse à démonter), l'intérieur de la majorité des smartphones actuels est similaire, archi simple et facile d'accès (grosso modo : carte mère, lecteur de SIM-SD, connecteur USB, écran, verre, antenne, objectif, audio....). Il y a peu de soudure, car la plupart des composants est clipsée par des connecteurs. Le peu de soudure présent ne représente que de petits points par ci par là. En ouvrant un smartphone, on visualise vite quoi fait quoi. Enfin pour ma part!

Ainsi pour une vingtaine d'euros, j'ai réussi à changer un écran + connecteur USB d'un smartphone. Pour 1€, j'ai changé le lecteur de carte SIM/SD d'un autre....etc...etc.... tant et si bien, que mes amis/famille me refilent leur smartphone à réparer. J'en arrive même à me demander si je ne devrai pas ouvrir une microentreprise de réparations/conseils en réparations. Mais c'est un autre sujet ;) .

DSCN8968

Mes prochaines réparations dès que j'aurai reçu les pièces : changer le connecteur USB des 2 petits. Changer la dalle et le connecteur USB du grand.

Et lorsqu'internet n'a pas de tuto sur un modèle défini, j'en crée un :

Toutefois je ne répare pas QUE de l'électronique. Barbotine, Barbalala, Barbabelle et Barbouille ont chacun des poupées Monster High et/ou Equestria girls. Le gros inconvénient de ces poupées est que les articulations de leurs membres se cassent rapidement. Je me suis retrouvée avec un stock de poupées manchots, unijambistes ou sans jambe. En rangeant sa chambre de fond en comble, Barbibul a retrouvé une caisse de Meccano qu'il comptait donner à la Ressourcerie. D'une pierre deux coups, j'ai récupéré des pièces de Barbibul (le reste est parti en don) pour réparer les poupées abîmées. A l'aide d'un forret de 1,5 de diamètre, de vis très courtes et de plaques de Meccano, les poupées ont retrouvé leurs membres.. De plus, le côté raffistolé version Frankenstein colle parfaitement à l'esprit Monster des poupées. Les Barbaloulous sont ravis de ce sauvetage. Pour info : je suis assez godiche en bricolage. J'apprends seule et me plante parfois souvent. Lors de ce sauvetage de poupées, j'ai "réussi" à me percer l'index (sans traverser). Comme on apprend de ses erreurs, bah je fais et ne referai plus. LOL

DSCN9982 DSCN9983

DSCN9984

DSCN9985 DSCN9986

5°) Bio/sain

Je ne savais pas où le placer dans l'article, car mes actions de consommation réfléchie tendent doucement vers du bio/sain. En optant progressivement pour les circuits courts, j'accède vers du bio/sain.

Avant je considérais le bio comme de l'inaccessible financièrement parlant. Alors que le bio est, en réalité, une dimension plus ouverte du carcan classique.

Consommer bio ce n'est pas faire ses courses habituelles d'industriels estampillés "bio", car en définitive c'est ce que je pensais.

Mais avec l'évolution de mon "fait-maison", j'ai réalisé que je pouvais consommer bio/sain pour les produits de base.

Par extrapolation, ma cuisine est bio/saine dans le sens où je maîtrise la composition. Mais grâce aux achats de matières premières en circuits courts, je peux enfin prétendre à une proportion de bio plus importante dans mon quotidien (grosso modo 40 à 50% actuellement contre 10 à 15% avant). Avec des matières premières bio telle que la farine, ma cuisine devient bio. En effet, la farine étant un élément de base (j'en utilise environ 40kgs par mois), elle sert :

  • de liant
  • en pâtisserie
  • en boulangerie
  • en wrap, crêpes
  • pâte à tarte, quiche
  • pâtes (macaronis, .....)

J'achète de la farine de froment bio T65 au moulin.  Elle me coûte environ 3 fois plus cher que la 1er prix T45 au kilo.

DSCN9937

Son goût et sa couleur sont totalement différents de la 1er prix T45. Elle est plus riche en nutriments et minéraux. Elle tient mieux au bide et rassasie plus vite. Clairement j'utilise moins de quantité de T65 (voire T80 reçue récemment) bio que de T45 1er prix pour arriver à satiété.

C'est donc un leurre de croire que la quantité comble la satiété, alors que là, c'est bien la qualité qui y parvient.

Je fais ma propre farine sans gluten, mes propres fromages, sirops (pas toutes les semaines pour ceux-là) biscuits....

Depuis quelques jours, Barbapapa a un nouveau collègue (qui vient remplacer un arrêt maladie pour une durée déterminée). Ce collègue lui a parlé de son olivaie bio au Maroc (il est marocain), de son mode de conso, du fait qu'il mange très très peu de viande, qu'il vende sa production d'huile bio sur les marchés occasionnellement. Et c'est naturellement que Barbapapa lui a parlé de notre mode de conso. Du coup, il va nous fournir en huile bio.

Tous les 7 à 15 jours, je vais à la cueillette de fruits et herbes sauvages (non pollués par les voitures), donc c'est bio (je ne prends que ce dont j'ai besoin. Je l'ai déjà évoqué maintes fois, je n'aime pas stocker). Je cultive (avec une volonté de ouf pour un résultat de crotte) des trucs simples avec uniquement mes mains pour entretenir, donc c'est bio. Etc......etc.....

DSCN9928

Après un petit calcul, acheter des sachets individuels de levure sèche Vahiné me revient au même prix qu'un énorme pot de levure du mag bio. Sauf que Vahiné n'est pas bio et génère plus de déchets (non recyclables). Vu ma conso de farine, le choix est vite fait quant à la levure.

Cette volonté de consommer local, en circuit court voire bio commence à déteindre doucement sur Barbapapa. Dans la Barbafamily, je laisse le soin à monsieur d'acheter le vin. C'est son petit "luxe" du week-end pour accompagner un bon plat familial. Désormais, il revient de plus en plus souvent avec une bouteille bio.

DSCN0022 DSCN0023

Cuisiner de bons petits plats dans du matos pas top m'a sauté aux yeux comme une évidence d'illogisme. Une fois de plus, l'industrialisation a rendu compliqué du simple.

Ma poêle était large et recouverte d'un revêtement pour que les aliments cuisinés à l'intérieur n'y adhèrent pas. Commercialement c'est génial, ça "simplifie" la vie, fini l'ajout de matière grasse. M'enfin dans le quotidien:

  • telle poêle n'est pas compatible avec telle table de cuisson
  • faut avoir des ustensiles adaptés (surtout pas de métal)
  • faut pas gratter le fond
  • faut éviter les chocs thermiques qui déformeraient la poêle
  • faut pas laver avec de l'abrasif

MAIS surtout, à la moindre rayure, c'est un cocktail de merdouilles sanitaires qu'on consomme.

Idem pour les moules à pâtisserie recouverts.

Alors j'ai viré (déchetterie) et j'ai investi dans du plus sain. La nouvelle "tendance" est de bannir le Teflon au profit d'un autre revêtement moins cacabeurk.

Sauf que voilà Germaine, un revêtement ça reste un revêtement.

Lorsque ce revêtement se raye, s'effrite, la problématique reste la même. J'ai cherché pendant des jours une poêle en fonte d'acier, comme ma vieille cocotte en fonte (datant de mon enfance et dans laquelle je cuisine pour la Barbafamily), mais la seule fonte trouvée reste la fonte d'alu. Et l'alu...bah non merci!

DSCN8966

Elle en a traversé des décennies et nourrit des p'tits bidons.

Puis j'ai trouvé une grande poêle en fer sans aucun revêtement (37€ sur Amazon) à peine plus cher qu'une grande poêle avec revêtement de supermarché (environ 32€).

DSCN8955 DSCN8956

DSCN8957

Elle :

  • va sur tous types de table de cuisson
  • ne possède aucun revêtement
  • résiste aux chocs thermiques
  • est naturellement anti-adhésive (heu....ça je dirais mouais!!!)

On peut :

  • gratter le fond
  • utiliser des ustensiles en métal (mais surtout pas de plastoque)
  • laver avec de l'abrasif.

Par contre, elle est lourde (faut les 2 mains pour la transporter jusqu'à table), a besoin qu'on y laisse un film d'huile entre chaque utilisation, et change de couleur (fonce) au fil du temps (sans altérer les aliments).

J'aurai aimé trouver une poêle en fonte d'acier, mais celle-ci fera l'affaire pour notre santé. Et qui sait? Peut-être qu'un des Barbaloulou l'embarquera un jour pour son propre chez lui.

Dans la continuité du matos plus sain, j'ai viré l'an dernier mes moules souples (don à la Ressourcerie). Tanpis pour les formes originales, mes pâtisseries seront rondes ou rectangulaires et puis basta. J'utilise depuis des moules anciens (achetés à la Ressourcerie) que je graisse et farine avant utilisation. Aussi simple que ça! En plus, c'est super rapide à laver car ça n'accroche pas. Il suffit juste d'un peu d'eau et mes doigts pour décrocher la farine graissée.

moules

L'an dernier, j'avais trouvé des feuilles de cuisson genre silicone à Action pour remplacer le papier de cuisson. Le fameux papier de cuisson qui évite que les pâtisseries et boulangeries ne collent aux moules/plaques. Les fameux moules recouverts d'anti-adhérent qui ne supporte ni les rayures, ni l'acidité (agrumes, tomates...). Bref une merdouille à mettre dans une merdouille pour "faciliter" la cuisine.

DSCN8967

SUPER LOGIQUE, non?

La feuille de cuisson genre silicone était censée "faciliter" la cuisson, ne pas coller, etc..... sauf que ça gondole à haute température, se déchire, s'imprégne de tâches de cuisson, se lave mal. Je pensais que ce serait "presque zéro déchet" puisque je n'avais plus de papier à jeter. 

La vérité?

Qu'est-ce que je me compliquais la vie à vouloir faciliter avec des trucs compliqués? Fucking society! J'ai donc décidé d'aller au plus simple et graisse + farine désormais ma plaque de cuisson du four. J'en ai acheté une de plus à la Ressourcerie (1€) et utilise les grilles du four uniquement pour mes plats à tartes, quiches, gâteaux.

DSCN8962 DSCN8963

Bun's cuits sur la plaque graissée et farinée au préalable

DSCN8964

Au niveau des contenants, je vire doucement mes boîtes (genre tup') pour les remplacer par du verre.

Pourquoi?

A vrai dire, je n'ai aucune idée de ce que contient le plastoque de mes boîtes tup' et je n'ai jamais cherché à savoir. En fait, je m'en fous! LOL Ce qui me saoule est qu'à haute température la boîte se déforme, certains aliments imprégnent le plastoque (carotte, tomate, betterave....), j'ai des boîtes qui se brisent avec le froid du congélo. De là, j'ai trouvé au supermarché des boîtes empilables en verre (DURALEX), résistantes aux chocs thermiques, fabriquées en France et refermables. Des arguments suffisants pour me convaincre. Le côté sain est un plus.

DSCN9781

Voilà tu sais tout! Finalement MES priorités de conso ne sont pas l'écologie, néanmoins les conséquences de mes actions y tendent.

Alors n'hésite pas à commenter, car tu le sais......ça fait toujours plaisir d'interagir dans les deux sens ;) !

Rendez-vous sur Hellocoton !