En septembre dernier, Barbidur et Barbibul ont souhaité intégrer la scolarité, chacun pour des raisons personnelles.

Barbidur visait des études scientifiques supérieures et j'étais dans l'incapacité matérielle de l'accompagner en IEF. Barbibul avait pour ambition (notamment) de tester son potentiel intellectuel dans la scolarité.

De mon point de vue, si accepter leur choix était une évidence....j'avais, par ailleurs, une crainte que la société soit trop dure avec eux. En IEF, je peux les protéger, arrondir les angles de la vie en société...mettre du papier bulle sur leur chemin avant qu'ils ne foulent le sol. J'avais peur, et c'est d'ailleurs toujours le cas.

Pour autant, leur intégration s'est bien déroulée. Que ce soit au niveau des profs, comme à celui des élèves...ils ont su admirablement bien s'intégrer. Bon, je te vois venir à 3 kilomètres! Tu penses peut-être qu'en IEF, on vit comme des ermites coupés du monde....ou pire comme une secte en vase clos? Mais je t'assure que je mets un point d'honneur à ce qu'ils:

  • aient une activité extra-scolaire
  • aillent à la médiathèque
  • participent aux activités du village et alentours

afin de nouer des liens (amicaux ou pas) avec des enfants qui ne font pas l'IEF.

Pourquoi?

Premièrement, rencontrer des familles IEF avec des enfants du même âge que mes Barbaloulous, ça ne court pas les rues. Jusqu'à 10-11 ans, j'en trouve (avec une majorité de moins de 6 ans)...mais au-delà, je fais limite figure de pionnière et ça saoule mes Barbaloulous. On en a rencontré, mais quand les conversations ne tournent qu'autour de pseudo-guerre contre l'IA....pouahhhh, ça n'est pas ma tasse de thé.

Deuxièmement, si l'IEF est un choix familial (entre les Barbaloulous et nous), on ne veut pas qu'ils pensent comme nous. J'entends par là que vivre H24 ensemble risque de les amener à penser comme nous. Or, je veux qu'ils pensent par eux-mêmes....qu'ils soient d'accord ou pas, mais que ça vienne d'eux. Et pour ouvrir leur champ de réflexions, il est nécessaire qu'ils soient confrontés à des personnes qui ne vivent pas comme nous, qui ne partagent pas nos façons de faire.

Troisièmement, parce que c'est une amorce de sujet de conversation.

Heu.....je m'égare un peu là, non?

Toujours est-il que ni les profs, ni les élèves n'auraient parié que mes 2 grands Barbados étaient en IEF auparavant. Ils s'attendaient peut-être à accueillir un caliméro agoraphobe qui s'installerait en solitaire au fond de la classe? LOL

Les remarques, les bulletins, les félicitations et encouragements reçus ont, en quelque sorte, récompensé les années d'instruction en famille.

Pour dresser le bilan de ressentis liés à cette scolarisation, j'ai posé les mêmes questions, séparément, à Barbidur et Barbibul. Voici le compte-rendu de cette "interview".

logo-bilan

Avant l'interview, je tiens à poser le cadre de la situation. Je fais l'IEF de façon formelle avec un planning structuré (horaires d'instruction fixes quotidiens...vacances "scolaires" dès que le besoin se fait sentir), en suivant le programme. Je ne suis pas de cours par correspondance. Nous bossons avec un manuel par niveau, qui regroupe toutes les matières. J'instruis tous les Barbaloulous, ce qui implique une connaissance de tous les niveaux. Chacun dispose de sa propre chambre, avec son propre bureau afin qu'il ait son espace personnel et qu'il ne soit pas dérangé par le reste de la Barbafamily. Ne disposant pas de matos adapté (à part un miteux microscope jouet), j'ai supprimé la physique et chimie du niveau secondaire.

***

Barbidur, 16 ans, vient de terminer sa seconde générale et technologique (lycée). Il envisageait un BAC SI (Sciences de l'Ingénieur) et s'oriente maintenant vers un BAC L. Il n'a pas passé son DBN (brevet des collèges) parce qu'on s'en fichait et que ce n'était pas obligatoire.

Après une année de scolarisation, entre IEF et école, laquelle as-tu préféré et pourquoi?

J'ai préféré le lycée. Le rythme était fatigant, mais la journée était variée de matières, salles de cours, et profs différents. A la maison, ce n'est pas pareil. On change entre le salon, ma chambre, dehors (musées...) et je n'avais que toi. Même si on changeait de cours souvent, je préfère au lycée. Et puis, j'ai mes potes que je ne vois que là-bas, sans la famille.

Est-ce que c'était difficile de passer de l'IEF vers la scolarisation?

J'avais peur de ne pas avoir le niveau. Sans les notes, je ne savais pas où j'en étais. Je regrette qu'on n'ait pas assez bossé sur les matières scientifiques à la maison, j'aurai peut-être mieux réussi cette année. Ce n'était pas dur d'être scolarisé, c'est comme si je l'avais toujours été.

Est-ce que ça te dérangeait d'avoir des notes? Est-ce que ça t'a fait quelque chose quand la/le prof annonçait ta note devant toute la classe?

Non, j'avais besoin de savoir où j'en étais. Une mauvaise note m'obligeait à bosser plus pour faire mieux. Je m'en fichais que les autres entendaient ma note. Au moins, ils n'avaient pas besoin de me la demander. Par contre, quand je bossais dur sur un devoir, j'espérais une bonne note. Lorsqu'elle tombait bien en-dessous de ce que j'espérais, ça me démoralisait. J'étais dégoûté et après plusieurs mauvaises notes, je n'avais plus envie de me donner du mal.

Est-ce qu'il y a quelque chose que tu reprocherais à tes années d'IEF?

Le programme des manuels est trop léger.

T'es-tu senti handicapé par rapport à tes camarades?

Pas du tout. Je considère mes années d'IEF comme une force. Ca m'a ouvert l'esprit et ça m'a beaucoup aidé dans l'autonomie. Contrairement à mes potes, je peux donner mon avis sur les deux (IEF et école), alors qu'eux jugent sans connaître. Grâce à l'IEF, j'ai appris à être structuré, organisé. J'ai appris à atteindre un objectif. Au lycée, on n'y va pas vraiment pour comprendre mais pour réussir. Alors qu'à la maison, on apprend en comprenant.

Si tu devais revenir en IEF, est-ce que ça te poserait un problème?

Oui, car j'apprécie le contact avec les profs et les potes.

Est-ce que tu as aimé l'IEF?

Oui, c'était une super expérience. Je ne regrette pas de l'avoir fait et je suis sûr que ça me servira dans ma vie plus tard.

***

Barbibul, 14 ans 1/2,  vient de terminer sa 3è (collège). Il passe en seconde générale et technologique, et vient de faire son DBN, parce qu'il y tenait.

Après une année de scolarisation, entre IEF et école, laquelle as-tu préféré et pourquoi?

J'ai préféré le collège. Le fait d'avoir des potes, c'est plus sympa. Le fait d'avoir des coupures nettes entre semaine et week-end, ainsi qu'entre chaque matière, ça fait du bien. J'ai apprécié cette indépendance où toute la journée je suis avec mes potes. C'est agréable d'avoir une journée rythmée de matières et profs différents. Et puis, à la maison, je perdais vite ma concentration. Il suffisait que je regarde par la fenêtre et c'était fini. Alors qu'en cours, je me sens obligé de suivre.

Est-ce que c'était difficile de passer de l'IEF vers la scolarisation?

Non, c'était franchement super simple. Je m'attendais à pire, mais ça s'est fait facilement comme si j'avais toujours été à l'école. Le niveau est beaucoup plus facile qu'à la maison.

En fait, c'était difficile le tout premier jour, lors de la toute première récré où je me demandais ce que je foutais là. Mais dès la suivante, je commençais déjà à me faire des potes.

Est-ce que ça t'a dérangé d'avoir des notes? Est-ce que ça t'a fait quelque chose quand la/le prof annonçait ta note devant toute la classe?

Avoir des notes ça me plaît. Ca me permet de comparer avec les autres. Ca ne me dérange pas, parce que j'étais toujours dans les meilleurs. Au contraire, ça me faisait rire même. C'était rare que les profs donnaient la note en classe, ça a du arriver 3-4 fois.

Est-ce qu'il y a quelque chose que tu reprocherais à tes années d'IEF?

Oui : le fait de ne pas avoir suffisament d'amis. Il y a une grosse différence entre voir des amis durant les activités extra-scolaires, et en voir toute la journée plusieurs fois par semaine.

T'es-tu senti handicapé par rapport à tes camarades?

Non, au contraire. Tous les profs me félicitaient sur ma méthodologie, mon travail fourni et mes résultats.

Si tu devais revenir en IEF, est-ce que ça te poserait un problème?

Oui, parce que je pense que le niveau lycée (scientifique) est plus compliqué et qu'à la maison ça serait galère.

Est-ce que tu as aimé l'IEF?

Oui, c'était une super expérience. J'ai appris à être plus autonome.

***

Aujourd'hui, je suis fière de les avoir porté jusque là. Quelque part, j'avoue que j'aurai aimé les accompagner jusqu'au BAC en IEF (certainement par défi perso). Néanmoins, ils sont arrivés à un âge où le détachement du cocon familial, vers l'orée de leur vie d'adulte, est important. Je réalise également, que pour tous mes Barbaloulous, je ne poursuivrai l'IEF que jusqu'à la fin du collège (sauf s'ils veulent aller plus loin). Leur besoin d'indépendance, au sein d'une famille XXL est parfaitement légitime. Ca me fait bizarre...mais même si c'était un rêve utopique, je n'ai pas créé ces petits hommes et femmes pour les garder à jamais auprès de moi. Mon bilan perso est qu'il va falloir que je réorganise à nouveau ma méthode (oui, ça ne sera que la énième fois) pour les Barbaloulous en IEF. Il faut que j'inclus beaucoup, mais alors beaucoup beaucoup plus d'extra-scolaire sans moi. C'est un point très important, qui n'a, de toutes évidences, pas été assez exploité pour leur bien.

Au final, c'est un bilan positif.

Et toi, qu'en penses-tu?

N'hésite pas à commenter, car tu le sais.....ça fait toujours plaisir d'interagir dans les deux sens ;) !

Rendez-vous sur Hellocoton !