couverture morgan caine3

(483 pages, Rokh Editions)

La complainte des filles de Lot est le 3è opus d'une saga thriller/policier reprenant les personnages fétiches de l'auteure : Jordan Adams, la millionnaire fantasque et le duo de flics Red et Watson.

Ma chronique du premier Opus "Quiconque te fera du mal" est là.

Ma chronique du second Opus "Ce qu'on fait sans plaisir" est là.

Résumé éditeur:

Trois hommes sont retrouvés mutilés à Boston. Vivants, mais proprement émasculés.
Quand la presse révèle qu’il s’agit tous de pédophiles, le public prend fait et cause pour cet étrange criminel, qu’elle surnomme le Glaive.

Le caractère chirurgical des mutilations intrigue Red. Il est bien ennuyé, mais il doit encore soupçonner Jordan Adams. Elle serait bien capable de rendre une justice aussi étrange !

Mais quand une petite fille est enlevée, le temps presse. Red propose à Jordan d'unir leurs efforts pour mener l'enquête.

Flanqués du toujours inénarrable Watson, ils vont plonger tous les trois dans les plus terribles méandres de l'âme humaine.
Et Jordan devra affronter de nouveau les démons de son propre passé…

J'en pense quoi?

Dans cet opus, on baigne dans la pédophilie et tout ce qui gravite autour. Que ce soit les victimes, les pédophiles (avérés et en devenir), la prise en charge psychologique des uns et des autres, des groupes de paroles, de secrets professionnels (religieux, médicaux), d'inceste, d'enlèvement, etc.... c'est un sujet intéressant à bien des égards.

A première vue, on imagine un roman dérangeant, à la limite de l'écoeurement tant le sujet abordé reste tabou.

Source: Externe

Pourtant il n'en est rien. Il ne s'agit pas de descriptions de scènes insoutenables...non pas du tout. L'auteure a su mener finement sa plume pour boucler un roman policier/thriller sans jamais choquer le lectorat.


Alors bon, je mentirai si je disais que "la complainte des filles de Lot" ne m'a pas remué. Ce n'est pas uniquement en tant que maman, ni en tant que femme qu'il m'a remué...mais au-delà. Pour autant, j'ai adoré sa lecture. Morgan Caine a été très habile dans ses écrits pour ne jamais choquer. Elle aborde:

  • le confessionnal sans basculer dans la critique religieuse
  • l'homosexualité, la prostitution, etc....

et pas une fois, le sujet n'a été écoeurant/choquant à lire. Bien au contraire, c'était quasi informatif. Par contre, j'ai trouvé l'intrigue un peu moins bien ficelée que les précendents tomes, car j'ai déterminé le coupable avant la fin (ou alors, je deviens une pro du dénouement d'intrigues à la Morgan Caine...ce qui est fort probable aussi! LOL). Il faut reconnaître, que je prends un réel plaisir de lecture à chacun de ses romans et que je me suis, peut-être, habituée à son style. Cela expliquerait pourquoi j'ai trouvé le coupable avant la fin. Là où j'ai été très surprise, c'est l'identité originelle d'un des personnages. Je ne m'attendais absolument pas à une telle découverte.

Dans cet opus, Jordan semble moins présente, même si ce sujet l'a touche personnellement. La fantasque millionaire dévoile la fragilité qu'elle cache sous ses airs de folie. J'étais très contente de lire l'intervention (trop courte...sic!) de Darin (ahhhh Darin!) et espère toujours (secrètement) une révélation de l'un à l'autre. Mais ça, c'est une autre histoire.....

Petit bémol: j'ai trouvé longs et pas vraiment nécessaires, les passages d'ambiance musicale de Jordan, même s'ils posent un contexte mélancolique par moment.

La complainte des filles de Lot, encore un très bon roman à la Caine. L'attente du prochain opus va me demander une patience qui ne me ressemble pas!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !